7 psychopaths

Complètement décalé, un film de psychopathe fait pour des psychopathes. Une telle palette d’acteurs est toujours un spectacle en soi certes mais outre cela, j’ai littéralement adoré !
J’ai retrouvé l’humour d’un excellent « Burn after reading » ( je vais me le refaire pour la 16ème fois cet après-midi ) avec un Colin Farrell en forme, comme on l’aime : divinement beau et cruellement pété de la coche !
Mais mon personnage préféré a été celui joué par le non moins talentueux Sam Rockwell ( vu dans « Iron Man » notamment ). Il faut rentrer dans le délire pour comprendre tout l’absurde du scénario, c’est du génie !
Un reproche ?
Peut-être deux alors … Le premier, ça part sûrement un peu trop dans tous les sens.C’est une narration « à tiroirs » et il faut s’accrocher pour suivre. Mais la galerie de serial killers fait plus que sourire donc on passe au dessus de ce léger désagrément. Aussi, la longueur.

Le film peut paraître long. Voir très long. Surtout si on n’accroche pas aux 10 premières minutes, ce n’est pas la peine d’aller plus loin ...


Midnight in Paris …

Je suis pas fan de W. Allen.
Je reprends.
Je ne PENSAIS pas être fan de Woody Allen. J’ai visiblement vu ses films trop jeune. Certaines choses m’ont échappées.
Aujourd’hui, « adulte », tout me semble évident. Je comprends Woody Allen. Je parle Woody Allen. Je vis même un peu Woody Allen. Ainsi, je me suis totalement retrouvée dans le personnage joué par Owen Wilson.
Dans ce monde, j’ai 3 « chez moi ». Paris, Londres et Los Angeles. Paris fait ressortir mon côté « femme romantique et intellectuelle », Londres, mon côté « femme d’un autre temps et curieuse », Los Angeles ? mon côté « femme vivant en dessous du quotient intellectuel moyen » ( à LA, je suis d’un superficiel … Je deviens cette femme aux antipodes de sa nature profonde ).
Bref, Paris … J’aime Paris. Quand je suis à Paris, j’ai envie d’écrire. J’ai envie de lire, j’ai envie de m’habiller aux puces ! Et sans surprise, squatter Montmartre fait partie intégrante de chaque escapade parisienne.
Vous comprenez donc mieux ce sentiment d’être Owen Wilson dans Midnight in Paris ?
Je suis née avec cette certitude de ne pas être née à la bonne époque, je rêverais d’être transportée dans ce vieux Paris des années 20, tous les soirs à minuit ! Rencontrer dans un bar, Ernest Hemingway, Scott Fitzgerald, Gertrude Stein …
J’ai aimé être nostalgique de cette époque que je n’ai pas connue en visionnant ce film.
J’ai aimé entendre dans la bouche de Wilson des phrases que j’ai déjà dites, des pensées que j’ai déjà couchées sur papier, des rêves que je partage également avec le personnage qu’il incarne.

Bref, j’ai adoré me voir à l’écran, le temps d’un film.

Alexandre … Le grand.

Si j’avais eu l’occasion d’écrire à Alexandre Astier avec l’assurance d’être lue, je lui aurais dit …



Cher Monsieur Astier,
Tout d’abord, bonjour. 
Bonjour et merci. Cette lettre n’a autre but que de mettre à votre connaissance le plaisir artistique que vous m’avez procuré au cours de ces années Kaamelott.
Bien sûr, comme tous vos fans, j’ai apprécié de suivre vos histoires, de m’insérer dans les dédales obscures du cerveau fêlé du roi Arthur et de ses « grands » chevaliers de la Table Ronde et aussi d’avoir la possibilité, dans une société plus regardante sur le marketing et la rentabilité, d’assister au nouveau souffle de vie donné à la matière bretonne. 
Termes de Lettres moderniens mis de côtés ( je sais que vous avez tendance à vous méfier de notre littératurité angoissante, englobante et pédante ), je tenais à vous faire savoir, cher Monsieur Astier, que j’ai atteint l’extase en votre compagnie. J’y reviendrai plus tard…
Je pourrais faire une jolie dissertation dont la problématique serait : comment, dans un monde de plus en plus branché sur la couleur du string de Kim Kardashian, Alexandre Astier, compositeur, acteur, scénariste et geek français a-t-il pu, par son décalage, remettre au goût du jour des thèmes qui relèvent purement et simplement l’âme humaine ?
Bon, sans passer par les trois phases de développement, permettez moi d’en venir directement à ma conclusion : les dialogues ! Merci, merci, merci d’avoir enfin enlever les petites musiques qui tuent  les dialogues dans les créations audiovisuelles en général ! 
Vous savez, on peut comparer les dialogues à l’acte sexuel. C’est en cela que vous m’avez permis, moi petite littéraire frigide à la cinématographie française, d’accéder enfin au nirvana dans ma propre langue.
Quand on regarde un film américain, nous, Femmes, savons tout de suite qu’ils font bien l’amour. Ceci grâce aux dialogues. Ils savent jouer avec nous, tenir notre tension, aller droit au but. Regardez, prenez n’importe quel Tim Burton : les dialogues sont lisses, épurés et ne manquent pourtant pas de fantasie. ( Johnny Depp ? Quoi Johnny Depp ?! Un détail, je vous dis ! ) 
On ne sait plus faire l’amour car on ne sait pas parler. Mots trop longs, trop difficiles à prononcer, que sais-je ? En voulant trop en faire, on en arrive à une baisse mortelle de libido littéraire et artistique. D’où l’invention de cette petite musique sur les dialogues pour combler le néant : une sorte d’anneau vibrant si vous voulez. 
En bref, je vous remercie encore pour tant de plaisir. Je m’en vais maintenant écrire à Peter Jackson qui, malgré la distance qui nous sépare, assure, lui aussi, à chaque fois  …
Bien joyeusement,
Jessica Beaufort de Belgique
ps : Je suis libraire spécialisée de mon état, mais si vous avez besoin de quelqu’un pour servir le café sur un tournage, ou nettoyer vos fringues, je me tiens à votre entière disposition. Le fait que nous soyons ex-amants ne sera jamais mentionné, j’en conviens.

Star Wars VII … On en parle, ou pas ? PART.1

star_wars___episode_vii____poster_provisional_by_jphomeentertainment

Je ne m’en souviens pas, j’étais trop jeune, mais c’est apparemment en 1994 que l’ami Lucas a annoncé officiellement qu’il allait donner une suite à Star Wars sous forme de prologue ( en gros, Star Wars 1,2,3 n’étaient en fait que 4,5,6. 1,2,3 étant, dans l’ordre, « La menace fantôme », « L’attaque des clônes », « La revanche des Sith », vous me suivez ? ). Bref, c’est inconsciemment cette annonce qui donnera naissance à plus d’une décennie de passion me concernant pour l’oeuvre magistrale de George.
Une chose est sûre, bien que l’accès internet à l’époque m’était complètement inconnu, je sais aujourd’hui que ce sont les fans inconditionnels qui sont à l’origine du succès fulgurant de la trilogie ( prologue ) par le biais de la toile. Le net a été la plateforme idéale pour eux ! Ils y ont dévoilés des pseudos spoilers, des montages, bref .. On avait alors le sentiment de tout savoir alors que rien n’avait encore été dévoilé !
Même topo ici. Avec Star Wars VII, on lit des choses ici et là et en tant que fan, on devient dingue ! L’attente en devient presque un supplice ( et ce malgré une volonté de boycottage suite au rachat de Lucasfilm par Disney … ).
Nous revoici donc propulsés dans une nouvelle ère passionnante où il faudra faire le tri entre les rumeurs et les suppositions en attendant de voir le résultat final sur grand écran.
En attendant je me suis amusée à deviner ce qui nous attend …

Avant de commencer, il est important de souligner que TOUT n’est que rumeurs et spéculations jusqu’à ce que soit confirmé par le site officiel. Et jusqu’ici, seul le maître à bord nous a été livré : J.J. Abrams *tremble*
A cette annonce seule, on a pu ressentir un vent de respect … J’aurais presque pu apercevoir des têtes derrière leurs PC, s’incliner.
Pourtant, du côté des fans … On est dubitatifs !

Pour commencer, je ne pense pas que le « format » SW changera. En effet, si on tient à un minimum de cohérence et à ne pas fâcher les fans de la galaxie entière, il serait prudent de ne pas se laisser aller à quelques folies. Le scénario restera dans une lignée connue, je pense … Seul le format pourrait changer ( j’entends par « format » soit une trilogie, soit un nouvel ensemble de 6 films …  ).
La franchise étant hors des mains de Lucas, on peut supposer que Disney va se laisser aller à quelques libertés tout de même. Ce serait ridicule, mais faudrait pas être étonnés si cela arrivait.

Ce qui est important dans SW, c’est aussi tout son univers étendu ! Un univers presque aussi important que l’histoire en elle-même. Il ne serait pas étonnant que Disney choisisse de ne pas mettre en lumière une certaine complexité pour rendre le tout accessible au large public.

Apparemment l’épisode VII se déroulera après la bataille de d’Yavin ( cfr. le roman ), avec les personnages principaux de la Trilogie Originale aux âges réels des acteurs. Ce serait donc magistral de faire venir des personnages comme Ben Skywalker et Jaina Solo ! Ce serait … Mais c’est désormais Disney. Je ne demande qu’à être surprise …

La mort de Kenobi dans l’épisode IV reflète celui de Qui-Gon dans l’épisode I, on peut donc s’attendre à l’éventuelle mort d’un maître Jedi ( un sage ) dans cette épisode VII ( Luke Skywalker est la candidat le plus probable à ce rôle. Je suis même certaine que ce sera Luke ! Allez, c’est dit, les paris sont lancés ! 😀 )

Dès l’annonce d’un épisode VII annoncé, les fans ont eu un nerdgasme au point d’imaginer le retour de Mark Hamill, Harrison Ford et Carrie Fisher 😀 Si bien que çà a donné une perturbation dans la force et que effectivement il semblerait qu’il soit prévu un éventuel retour. Ce qui est logique dans la mesure où chaque trilogie est destinée à se consacrer à une génération. Ici on devine donc que Luke transmettra à une nouvelle génération ( dont Ben Skywalker ) ce qu’il a appris ce qui devrait nécessiter l’apparition de Mark Hamill, forcément !

Voilà en gros où j’en suis dans ma démarche … La suite viendra. Au fil du temps et des nouvelles rumeurs du web, mes pensées divinatoires reviendront 😉

En attendant, que la Force soit avec vous !

Comics books addict !

Je suis la preuve qu’on peut être amateur de la langue de Molière et être fan de comics …

La question qui revient souvent dans mon métier c’est :  » Tu es plutôt DC ou Marvel ? »

Pour moi, si on est réellement fan de comics, on est les deux ! Et puis, il y a tellement d’univers entre Marvel, DC et tous les autres indépendants qu’il serait vraiment con de se cantonner à un « clan ». 

Concernant les personnages que je préfère, je pense que côté personnage masculin, Batman a la première place sur mon podium pour son profil sombre, son caractère, son histoire, son réalisme et sa galerie de vilains suivi de Spiderman en deuxième position. Concernant les filles … Poison Ivy, Harley Quinn … Je crois que la liste est trop longue. J’adore également les filles de Danger Girl pour ce mélange « Drôles de dames » / « James Bond » / « Indiana Jones ». Je suis également une adepte des Marvel Zombies car côté scénar’ c’est tout simplement énorme ! Et puis « The Watchmen », « The boys », … Si je devais réellement parler de tout ce que j’apprécie j’y passerais l’année … Mais dans le cadre d’un conseil, je m’adapterais à la personne en face de moi dans un premier temps, et je lui conseillerais les biopics pour bien comprendre les personnages.
Chez DC, Urban Comics a ressorti de bonnes bases justement pour les nouveaux lecteurs, sinon je dirais Killing Joke d’Alan Moore, ou Year One de Franck Miller. Simple et efficace.Coté Marvel, je penserais plus à conseiller les intégrales classées par date et par personnage. Tout dépend des goûts de mon interlocuteur.
Mais une chose est sûre, je pousserais les gens aux origines ! A cause de la médiatisation du comics, les histoires sont déformées et les gens se fondent sur ce qu’ils ont vu au cinéma ou à la télé. Hors c’est assez éloigné de la véritable histoire. Du coup, quand ils parlent et qu’ils jouent aux connaisseurs, bah, c’est pas trop ça quoi … Ils ne sont pas crédibles deux secondes ! Ces gens-là ne sont pas de véritables passionnés, on voit de suite qu’ils suivent une mode … Heureusement, ils adhéreront vite à autre chose quand cette vague sera passée et on récupérera notre précieux univers. Le comics est un monde tellement étendu, compliqué et sans cesse modifié ( sans parler des univers parallèles ), qu’on ne se dit pas « connaisseur » comme ça, il doit y avoir des années de pratique à la lecture … 

First step … Who am I ?




Qui-suis-je ?
Si on aspire au bonheur et à la réussite dans sa vie, il est nécessaire de réfléchir à qui l’on est.
Pour ma part, je suis tout ce que je ne vois pas dans le regard des autres parce que rares sont ceux qui me connaissent sous mon vrai jour. D’où la nécessité d’écrire, de laisser une trace sur un blog … ce serait con de me perdre. Je n’ai pas ( plus ) besoin des autres pour me sentir visible. Je ne me comprends de toute façon pas à travers leur regard. 
Pourquoi donc un blog, publique ? Je n’ai pas donné le choix aux visiteurs de laisser des commentaires. Je reste donc cohérente. Cependant, j’aime me relire. Je considère ce blog comme un fil conducteur. Une occasion de revenir sur une idée, un goût, une pensée ou de tout simplement revivre un moment. Illustrer le tout par quelques photos, c’est par amour de la belle image ou … Une façon agréable au visu’ de combler le vide. Je n’aime pas le vide. Pas celui-là.
Je suis un peu ( forcément ) ce qu’on me dit que je suis. Si j’étais ce que je voulais être, je serais écrivaine de renommée mondiale, or ce n’est pas le cas. Sans jouer dans le dramatique, on est ce qu’on ose être et « oser » est un concept que j’apprends doucement à côtoyer. Je suis aux antipodes d’atteindre le niveau expert, qu’on se le dise ( sachant que c’est l’image que tu as de toi et la richesse de ta personnalité qui conditionnent ta tendance à prendre des risques et à oser aller de l’avant pour affronter l’inconnu et avancer dans ta vie … je suis dans la mouise ).
Je suis la somme de mes expériences et de mes rencontres. Et là, je suis plus riche que Crésus fils d’Alyatte, himself. 
Je pourrais continuer longtemps ( à l’infini ) cet article en commençant par « Je suis » … Parce qu’il est impossible de répondre entièrement à cette question. Comment peut-on savoir qui nous sommes alors que l’Homme est un être bien trop complexe pour pouvoir le comprendre totalement ?
Pour faire court …
J’ai un cœur, des sentiments et des rêves. Je veux voir un équilibre en toute chose, je vis une vie épanouie et tiens à la conserver telle quelle, je veux faire le tour du monde, je veux voir une justice dans le monde. Je veux être libre comme les oiseaux. J’ai deux enfants, j’ai donc accomplie ma volonté de laisser une trace dans ce monde avant de le quitter. Qui suis je ? Quelqu’un qui n’est pas forcément toujours fiable, j’ai des qualités et des défauts. Je suis tout simplement moi. Un être humain parmi tant d’autres …

Back … for good !

Je ne compte plus le nombre de blogs ouverts pour être ensuite fermés ( j’ai atteint le niveau super Saïan, je pense ) … Un coup parce que je n’avais plus rien à dire, un autre par manque de temps … Bref, je ressens de nouveau le besoin de m’exprimer.
Parce que j’ai évolué à l’instar d’un Pokemon diamant, j’ai envie de me re-présenter à la toile surtout que j’ai désormais autant de facettes qu’un prisme à la lumière du jour …
On remet donc les compteurs à zéro.

Let me introduce myself by this blog, people ! Enjoy ( or not, whatever 😉 ) …