Récit d’accouchement

Beaucoup de Mamans m’ont demandé comment s’était passé l’accouchement de Isaac.
Pour les nouveaux venus, il est vrai que j’avais posté mon récit d’accouchement de Noa sur mon ancien blog. Récit qui avait rassurées pas mal de jeunes pondeuses 😉
C’est qu’on en entend des vertes et des pas mûres sur le moment de délivrance alors si je peux aider … Pourquoi pas. Et puis c’est toujours émouvant de se souvenir …

Donc me voici fin de mon 9ème mois de grossesse.
Les derniers moments sont pénibles. Tant physiquement que psychologiquement, l’attente paraît interminable.  Pourtant, je n’ai rien vu passer en 8 mois !
On dit que pour un deuxième tout va plus vite, c’est peu de le dire.
J’avais deux DPA. Celle selon Dame Gygy et la mienne. C’est que lors de mon premier rendez-vous, je savais exactement depuis combien de temps j’étais enceinte puisque … Il n’y avait aucun doute sur le jour de la conception ( ouais, bêêê, je vais pas tout vous dire non plus ! ) :p Par contre, Gygy ne semblait pas aller dans mon sens. Elle avait donc fixée ma DPA au 13 Janvier et moi au 7 !
Nous sommes le 10 quand je me rends à la dernière visite de contrôle. La nuit a été terrible, j’ai pleuré de douleur, ça tiraillait de partout et surtout j’en avais gros sur la patate ! Il n’y a pas de secret, j’attends un veau. Un bon gros gabarit dans la lignée de ce qu’a pu être Noa ( née avec 54 cm et 3 kg 880 ), c’est d’autant plus difficile à porter que je me suis ENCORE pris 30 kg dans les dents. Bah oui, quand je couve, je couve bien 🙂 J’en profite quoi. Je me revois encore dans l’ascenseur. Je pense alors « Si jamais elle ne me déclenche pas ou me dit que mon col n’est pas modifié et que ce n’est donc pas pour tout de suite, je lui tranche la gorge avec son stylo Parker ! ».

« Bonjour Madame Beaufort ! »
Ah, j’aime toujours autant être accueillie par la secrétaire médicale. Elle est super. Mais là, je ne suis résolument pas d’humeur à entendre ses histoires de voisinage ou d’écouter avec intérêt sa dernière mésaventure, j’en ai plein les fesses.
Je réponds à peine … par politesse.

« Vignettes de mutuelle et vous pouvez vous installer dans la pièce pour la petite heure de monito' ».
Elle est joviale. Il en faut bien une. Parce que là, clairement, je suis d’une humeur de chien. Mais si je le suis, c’est surtout parce que j’ai mal. Oh oui, j’ai mal.
Me voilà semi-couchée avec les capteurs sur le ventre … Rien ne semble révéler quoique ce soit sur le feuillet.
Merde, ce n’est pas normal, j’ai mal là … Très très très mal. J’appelle la secrétaire qui a tout l’air de me prendre pour une douillette. Si elle savait … Je suis loin de l’être. Si je dis que j’ai mal, c’est que la douleur est déjà BIEN présente. Je ne me plains que si et seulement si ça devient insoutenable.
Là je me tords et me lève. « Ca suffit, je ne tiens plus semi-couchée là ! Je préfère marcher. J’ai besoin de marcher ! »
Bon, elle prévient ma gyné que je suis prête à être consultée et lui donne le papier du monitoring.
Quand je rentre dans le cabinet, ma gyné m’apprend que je n’ai pas de contractions.
Je lui demande d’où viennent ces douleurs atroces quand elle me dit qu’elle va m’ausculter histoire de voir où en est le col mais, rien d’alarmant sinon le monitoring l’aurait signalé …
Je me couche, écarte mes sublimes gambettes de compet’ ( #joke ) quand ( sans en rajouter ), je la vois pâlir …
« Bon. Où est Monsieur ?! Parce que je ne vous accouche pas dans mon cabinet Madame Beaufort ! Faut pas traîner ».
Un peu sur les fesses, je suis tout d’abord rassurée de ne pas virer cinglée ( j’avais donc bien mal pour une raison ) et j’appelle Marley qui, une fois n’est pas coutume, arrive encore à me faire rire.

« Comment ça, c’est pour maintenant ? Mais je ne comprends pas, je fais quoi ? Je viens te chercher ? Et je passe à la maison avant pour ME prendre quelque chose à manger ou on a pas le temps ? »
J’ai fait rire la salle d’attente, je ne sais plus au mot près ce que je lui ai répondu mais je n’ai pas été tendre 😀
15 minutes plus tard, mon arrière train dans la voiture, je jette un coup d’oeil à Noa derrière. Elle semble inquiète, je la rassure …
« ON va à l’hôpital ma puce, le petit frère arrive »

Un sourire. Le plus beau. Là, elle me motive …
On arrive sur le parking de la maternité. Impossible de sortir de la voiture. Marley me donne un coup de main. Noa, devant mon visage décomposé, a perdu son sourire.
A partir de là tout est sourd, je n’entends plus rien. Je ne fais déjà plus partie de ce monde. Ca y est, je suis … ailleurs.
Je me souviens juste être arrivée à l’accueil de la mat’ pliée en deux et d’avoir crié « ça vient, là, maintenant !!!!!!!!! »
Une sage-femme court vers moi avec une chaise roulante et on se dirige vers la salle de travail. Je panique, un peu.
Je sens bien la descente du bébé et je devine ce qu’on va me dire …
« Péridurale Madame ? »
« Oui, oui, oui plutôt deux fois qu’une et une dose de cheval »

Elle rit. Mais pas longtemps lorsqu’elle regarde où ça en est …
« C’est limite pour la faire, je vais appeler l’anesthésiste »

Pendant que l’on m’auscultait Marley est parti déposer Noa auprès de ma mère, à la maison. Il ne m’a donc pas vue pleurer de peur à l’idée d’accoucher sans péri’. Mais je le sens. On ne va pas me la faire. Mon corps me le dit, je pousse malgré tout, je le sens comme ça. Quand l’anesthésiste revient avec la sage femme, il est trop tard. Beaucoup trop tard, les choses vont trop vite.
On me prépare à aller en salle d’accouchement. SANS PERIDURALE.

Je pleure.

Ce qui n’empêche pas l’anesthésiste de clairement me draguer …
« Vous êtes magnifique Madame, vraiment ! Et j’ai aperçu votre fille avec le papa tout à l’heure, quelle superbe famille ! » 
« Il peut éventuellement dégager lui ? Ou pas ? »

Là, la sage femme éclate de rire avec sa collègue en foutant le trouble fête dehors.
Ca y est. On y va. En ouvrant la porte, j’aperçois Marley ( ouf, il est là ! ) avec ma gyné ( ah, elle est là en temps et en heure elle aussi ). Dans le couloir, la sage femme qui s’était occupée de moi pour Noa me reconnaît et demande si ça ne me dérange pas qu’elle participe à l’accouchement, elle aimerait tant voir le petit. Ma foi, why not … Mais tout ce petit monde est là, souriant, ravis de vivre, ils penseraient limite à se servir une tasse de thé quand une contraction violente me fait pousser une gueulante de damné !

Enfin, on se presse !
Installée sur la table, il ne m’aura pas fallu deux poussée pour entendre un Marley, la voix enrouée, dire
« Oh … le voilà ! »
« Une dernière poussée Madame ! »
« Venez le chercher … »
14h59, Isaac Oscar Mircea est né.

Je suis fière. De moi, de lui, de nous … Il est si beau. Il ressemble à Noa comme deux gouttes d’eau ! Je me revois il y a deux ans et demi …
Ma gyné semble stupéfaite par le gabarit et attend les mesures et la pesée avant de s’éclipser.
56 cm, 4kg200.
Tout le monde est bluffé. Pas d’épisio, pas de déchirure, RIEN. Il est passé comme une lettre à la poste.
Comme dans un rêve.
Je pensais que j’avais eu beaucoup de chance avec mon premier accouchement mais il semblerait que non, ce n’est pas de la chance …
Je suis restée 5 jours à la maternité mais n’ai bénéficié d’aucun soin particulier. Juste d’une surveillance utérine quotidienne.
Le lendemain de mon accouchement, je me baladais avec Izy en écharpe dans toute la mat’. Clairement, je me suis ennuyée comme jamais. J’aurais pu rentrer plus tôt si je n’avais pas accouché la veille d’un week end. La barbe !
Bref, le retour s’est passé à merveille et Isaac est un bébé rêvé ! Adorable, gentil, il ne pleure jamais ! Même pas quand il a faim. Il émet juste un petit bruit, histoire de dire qu’il attend quoi.

En conclusion, un accouchement intense, rapide mais de loin le meilleur. Je comprends pourquoi nous sommes naturellement conçues pour ressentir la douleur. C’est une douleur nécessaire … Satisfaisante.

Je me réjouis du troisième 🙂 Et là, accoucher sans péri’ sera un choix !
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s