Dans la peau de Luka Magnotta – Karl Zero

J’étais enceinte de Isaac et férue de Tumblr quand je suis tombée sur le visionnage intégral de « One lunatic, one ice pick » nous dévoilant le meurtre et le viol de Jung, un étudiant chinois.
Luka Magnotta a filmé son crime et l’a balancé sur la toile.
J’en ai vomi tripes et boyaux.
J’en ai eu des contractions.

Rien que d’en reparler, j’en ai à nouveau des nausées …

Je ne suis pas pieuse mais ce jour-là, j’ai visionné l’oeuvre d’un démon.
Si je suis une inconditionnelle adepte des biographies sur les serial killers, il y a une marge énorme entre l’imagination, l’idée que l’on se fait d’un meurtre et un visionnage réel.
A l’instant où j’écris, des monceaux de captures écran me reviennent comme des boomerangs en pleine face … 
Ceci étant, Luka Magnotta n’est pas un serial killer proprement parlant, néanmoins j’ai eu envie de comprendre qui se cachait derrière ce personnage en lisant l’oeuvre de Karl Zero.
Enfin, « oeuvre », c’est vite dit.

Tout d’abord, j’ai trouvé très peu judicieux d’écrire ce livre à la première personne. On a le sentiment de lire une autobiographie alors qu’il s’agit d’une fiction basée sur des faits avérés. C’est Luka Magnotta par Karl Zéro. Rien d’autre.
L’écriture est ultra simpliste. L’auteur s’en défend en prétendant avoir voulu parler comme le sujet. Ca reste tout de même très désagréable à lire … L’unique point positif que je vois à cela est qu’on rentre plutôt facilement dans la peau du tueur. C’est que Monsieur Zéro ( Non, vraiment ça lui va divinement bien ce nom ) a usé des vrais dires de Magnotta. Il les a juste mis en scène.

J’en retiendrai que, plus que tout, Luka Magnotta voulait être célèbre. Psychologiquement faible dû à une vie complètement chaotique et ce depuis l’enfance, il s’est conduit à faire des choses peu orthodoxes dans l’unique but d’atteindre une certaine notoriété.
C’est pathétique.
Mais surtout flippant. Nous sommes à l’ère de la célébrité. Beaucoup sont prêts à tout pour atteindre un peu de reconnaissance, à échelles différentes, bien entendu. Néanmoins, Luka Magnotta n’est pas tant cet inconnu de départ … Au fil de la lecture, il y a un sentiment dérangeant … Celui de reconnaître ses sentiments. Il est alors difficile pour le lecteur d’admettre un lien entre lui et ce personnage de Magnotta.
Ce qui est surprenant, c’est qu’aucune mise en garde n’accompagne le roman. Ce livre n’est pas tout public ! Certaines scènes sont violentes et choquantes.

Enfin, bien que l’ouvrage soit le fruit d’une enquête de ce bon vieux Karl, il ne faut pas tout prendre pour argent comptant. Il manque des éléments importants du dossier pour être véritablement un ouvrage d’enquête.
Bref, ce n’est pas l’incontournable roman, ce n’est pas divinement bien écrit mais j’ai appris pas mal de choses sur Luka Magnotta ce qui me permet d’avoir le recul nécessaire pour juger.

Juger ce malade de pathétique merde et j’en suis navrée pour lui . 



Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s