Man of Steel – Zack Snyder

Vous me connaissez maintenant et savez que je suis une grande fan de comics books et que donc, rares sont les adaptations ciné qui me séduisent. En bonne emmerdeuse fanatique de l’oeuvre papier, c’est sans grand étonnement que j’ai été, une fois n’est pas coutume, semi-déçue par MAN OF STEEL.
Alors, côté visuel, il n’y a pratiquement rien à relever à mon sens. J’ai été émerveillée, la bouche ouverte à chaque scène de combat confirmant qu’il est absolument impardonnable de nous pondre des adaptations mangas aussi pourries, à l’instar de DBZ, quand on a des techniques pareilles à portée de main. Et qu’on ne me sorte pas l’histoire des moyens financiers, Google votre meilleur ami vous le dira, le budget dépensé pour Dragon Ball n’est pas bien loin de MAN OF STEEL ( ça te la coupe hen oui ? Moi aussi … ).
Bref, une claque visuelle.
C’est dit.
Là où le chat miaule au clair de lune, c’est côté scénaristique.
Certes, l’histoire est déjà bien connue et prendre des libertés est un peu le prix à payer pour un énième reboot, mais enfin bon … J’étais dépassée.
Les dites libertés flirtaient dangereusement avec le non sens absolu quand on connait l’oeuvre originale et son évolution.
Ici on change les éléments du mythe et on nous livre une nouvelle version très personnelle, avec des défauts gros comme une baraque à frites ! Une sorte d’hyper virilité jouée par un acteur aussi insipide que l’insipidité en personne, des personnages rhabillés d’une personnalité complètement décalée de ce qu’ils sont vraiment, …
Heureusement que, encore une fois, le visuel met une claque.
Néanmoins, le film a réussi à mettre en avant quelque chose souvent occulté dans les versions précédentes, à savoir que Superman est un extra-terrestre.
Si bien que la majorité du public a été scotché par le côté « fantasy » sur Krypton. Dingue ! A la vue de ces scènes de début mon homme s’est dit « trop bien d’avoir inventé cet univers ! » *décès cardiaque*
Ils ont rien inventé du tout …
Après ceci et les effets spéciaux il y a un autre chapeau bas à souligner ; la tenue. Non là je dis bravo.
Il en fallait de l’audace. On en oublie tout le ridicule qu’a été cette combi’ moule burnes à l’époque Reeves. Merci d’avoir dépoussiéré le machin. Dans le comic book, ça a de la gueule, vraiment. Mais une certaine réalité lui a mis un uppercut Tysonnien …
En bref, ça plaît aux yeux mais faut pas se déplacer si on veut manger du bon scénar !
Il y a tellement de choses à dire qu’ils ont fait des choix … Et du coup, certaines thématiques ne sont que effleurées …
Une note ?
2/5
Et tout est pour le visu.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lui.

Si on m’avait dit il y a 8 ans qu’il serait celui-là, je ne l’aurais probablement pas cru.
Lui, c’est mon mari. L’homme de ma vie, le père de mes enfants.
Notre relation à l’instar du bon vin se bonifie avec le temps … Si nous avons commencé sur des incertitudes, des problèmes, nous avons su, avec les années, apprendre à nous aimer.
Parce que oui, nous avons appris à nous aimer.
Je n’ai pas épousé un « coup de foudre » comme dans ces films en noir et blanc dont je suis fanatique. Non …
Même le jour de notre mariage, j’ai hésité à faire marche arrière. Aujourd’hui, je suis heureuse d’avoir écouté ce sentiment profond que je n’arrivais pas à définir … Encore aujourd’hui j’ignore ce qu’il a représenté mais ce n’était pas tant de l’amour mais bien un pressentiment.
Lui & moi, ensemble, nous sommes parfaits. Nous nous complétons mutuellement et j’ignore comment il serait possible un jour d’avoir quelqu’un d’autre que lui à mes côtés.
Il est mon meilleur ami.
Il est ce meilleur ami qu’on recherche tous. Celui qui devine ce qui nous manque, qui finit nos phrases, qui anticipe nos désirs, …
Il m’offre une vie de rêve.
Je me sens épanouie en tant que mère mais également en tant que femme. Il est tout aussi naturel de le chérir qu’il lui est naturel de prendre soin de moi. Il m’est tout à fait plausible de lui laisser l’espace nécessaire à son bien être qu’il lui est naturel de me demander si j’ai besoin d’aide et ce, même si je refuse toujours.  On ne se dispute jamais pour les enfants puisque nos rôles sont bien définis. On ne se dispute carrément plus d’ailleurs, on discute. Notre dernier différent doit remonter à … à … Ah oui j’étais enceinte de Isaac et j’avais les hormones au taquet ! Donc, ça remonte à 1 an au moins.
Nous avons la même conception de la vie, des choses, de la parentalité, de l’éducation, … de tout.
On ne s’ennuie jamais l’un de l’autre.
Nous sommes tout deux de grands enfants qui nourrissent un amour pour le passé. Moi qui ai une âme coincée entre le Moyen-Age et 1940, j’ai trouvé l’un des rares à aimer l’Histoire tout autant que moi.

Après des débuts difficiles, nous nous sommes trouvés. Nous avançons d’un même pas, dans la même direction.
Chacun vit l’amour à sa manière. J’ai trouvé la mienne. Je ne pourrais pas vivre un quotidien fait d’oppositions, de ras le bol, de bouderies, de désaccords, … Si c’est la normalité chez les autres, tant mieux, le principal est de se complaire dans sa relation avec l’autre. Moi, je ne pourrais pas et c’est pour cela que je remercie la vie de me l’avoir mis, lui en qui je ne croyais pourtant pas il y a de ça 8 ans, sur mon chemin.

Ceux qui ne donnaient pas cher de notre histoire ( dont moi ) doivent désormais s’y plier …
J’ai encore ce pressentiment … Lui et moi, c’est pour la vie.

Et au-delà.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Maman GEEK ? Vraiment ?

BOOM !
Voilà ce que ça fait dans ma tête quand je lis le terme « Maman geek » et tu sais pourquoi ? Parce que dans 90% des cas, la Maman a un Ipad, elle surfe sur la toile, elle blogue, elle joue aux jeux Facebook, elle est GEEK. 
Bon, je pense sincèrement qu’il faut remettre l’église au milieu du village et expliquer que l’on naît 2.0, on ne le devient pas subitement avec le temps.

Je m’apprêtais à pondre un billet là dessus quand je me suis assurée que personne ne l’avait fait sur SBG. Je suis donc tombée sur l’article de Optimum

 Le voici : 

« Le mot « geek » est officiellement entré dans le Larousse et le petit Robert en 2010 et a été défini selon ces termes : « Fan d’informatique, de science-fiction, de jeux vidéo, etc. Toujours à l’affût des nouveautés et des améliorations à apporter aux technologies numériques. »

Depuis des décennies, le Geek a connu une certaine évolution, jusqu’à en devenir un produit marketing. Mais être Geek c’est bien plus que ce que la majorité en pense ou de l’image qu’on lui a donné.

L’évolution du Geek

Lorsque j’étais adolescente, être Geek n’était pas forcément ce dont je me vantais le plus, bien au contraire. On peut même dire que c’était un peu la honte voire même la méga loose. Immédiatement catégorisé dans la rubrique des « no-life », des personnes qui préféraient passer leur soirée à réparer leur ordinateur plutôt qu’être avec ses amis. Bref le Geek n’avait à l’époque pas très bonne presse.
Il est vrai que taper une vingtaine de ligne de code pour obtenir un titre en gras planté au milieu de la page de navigateur ne pouvait fasciner que moi. Mais il fallait bien commencer quelque part. Etre Geek, cela a été très loin d’être cool.
Mais c’était sans compter sur l’arrivée de Geeks très célèbres, et pour le coup très riches (et pour le coup beaucoup plus intéressants) comme Steve Jobs, Mark Zuckerberg ou encore Bill Gates. La geekitude s’est mise alors en marche et tous les Geeks de la planète ont pu faire leur « coming-out » sans qu’on risque de leur lancer des pierres.

Le Geek c’est chic et surtout il fait vendre

Et oui, aujourd’hui les choses ont bien changé, le geek c’est chic. Aux oubliettes le jeune boutonneux derrière son ordinateur qui passe des jours et des jours sans voir la lumière du soleil. Le geek est aujourd’hui une personne comme tout le monde, qui peut même avoir une vie sociale sans se limiter aux réseaux sociaux. On ne se cache plus, il suffit de regarder les descriptions des profils sur le web, tu trouveras du Geek à foison. Seulement voilà, en ayant fait du Geek un phénomène de mode, on lui a enlevé toutes ses qualités, tout ce qui le définit réellement.
Le Geek est aujourd’hui  tellement chic qu’il en est devenu un objet de Marketing. Si tu possède le dernier IPad, si tu as le dernier Samsung ou si tu utilises Instagram, tu es considéré comme Geek. Les marques l’ont d’ailleurs bien compris et rivalisent d’ingéniosité et de créativité pour attirer ces « geek à la (pointe de la) mode ».

Ma définition du Geek est bien différente

Etre le roi du LOL, MDR, XD ou bien passer 24h/24 sur les réseaux sociaux ne fait pas de toi un Geek, non juste un accroc aux relations virtuelles et peut être même un véritable « no-life ».
Selon moi, être un Geek est bien plus noble que cela.
Il s’agit d’une personne qui aime apprendre par lui-même. Il pourra passer des heures à apprendre de nouveaux langages informatiques, à comprendre les évolutions du web et leur impact. Un vrai Geek est un autodidacte. On ne devient pas Geek, on naît en mode 2.0 et c’est tout.
Même si le Geek est passionné par un sujet bien précis, il prendra du plaisir à apprendre sur des sujets touchant de près ou de loin sa passion, toujours dans le but d’enrichir sa culture et ses domaines d’expertise. Le cerveau du Geek est une sorte d’éponge qui se nourrit de tout ce qu’il lit, apprend, expérimente.
Un Geek peut s’extasier devant des choses dont la plupart du monde se contre-fiche (cf plus haute la vingtaine de lignes de code) et qui pourtant le rendront fier.
Le Geek se caractérise par une volonté toujours accrue d’apprendre, de découvrir, de réfléchir pour trouver par lui-même la solution à un problème. Problème que la plupart des gens considéraient comme inutile voire stupide. Un Geek ne baisse jamais les bras et pourra aller jusqu’à se priver de sommeil pour finir un projet qui lui tient à coeur.
Le Geek est doté d’une imagination sans borne et possède une bonne culture générale.
C’est cette définition qui me permet d’être fière d’une Geek ! « 
Alors merci à Optimum ( musique céleste ) parce que lorsque j’ai fait lire ton article à mon mari, il  a d’abord pensé que JE l’avais écris !
 
Bref, n’endossez pas des vestes trop larges ou trop justes.
 
 

Rendez-vous sur Hellocoton !