Quand les grands-parents décrochent la palme d’or du burn-out intergalactique …

En Belgique, on estime que près de 60% des grands-parents garderaient leurs petits-enfants, très souvent. Trop …

En bientôt 4 ans de maternité, je peux compter sur les doigts d’une seule main le nombre de fois où ma fille a été gardée par ma mère, l’unique parent qu’il me reste.
La famille de mon mari habitant bien loin de nous, ce n’était même pas envisageable et puis, par principe personnel, hors de question.
C’est que, lorsque nous avons fait le choix d’avoir des enfants, je m’étais préparée psychologiquement à être Maman.
Je n’ai jamais songé une seule seconde pouvoir laisser mes enfants à qui que ce soit.
Quand je suis tombée enceinte la première fois, j’avais un job à temps plein en tant que libraire spécialisée. Nous en avions parlé longuement avec ma patronne de l’époque qui m’avait certifié qu’on ne pouvait s’occuper correctement d’un enfant et avoir une vie professionnelle active à plein temps. A moins d’avoir un père qui fasse le sacrifice de s’adonner, lui aussi, aux plaisirs des tâches ménagères en prenant un congé parental, par exemple.
Le sujet fait débat mais à l’époque, je l’avais volontiers cru. Dès lors, d’un commun accord, mon contrat a pris fin , j’étais enceinte de 5 mois.
Si je venais à retravailler un jour ce serait à temps partiel ( c’est le cas aujourd’hui ). Pouvions-nous nous le permettre à cette époque ?
Oui, nous l’avons fait.
Ma maman me reprochait alors souvent de ne pas lui laisser ma fille …
« Tous les grands-parents gardent leurs petits-enfants ! Moi je ne l’ai jamais ! »
On  ne va pas remettre du pili-pili dans la sauce tomate, je trouvais ça déjà bien suffisant de l’avoir 3 jours / semaine chez moi sans compter les visites que je lui faisais en plus … D’ailleurs, ma fille a une relation en béton armé avec ma mère aujourd’hui comme quoi le laïus « laisser les enfants aux grands parents ça permet de tisser des liens« , la belle excuse hein …

Aujourd’hui, le discours de ma maman a quelque peu changé … Elle vieillit, ses copinettes aussi … Elles sont tout comme elle Mamies et les échos qu’elle en a l’a amenée à me dire « Merci ».

Pour Noel, dernier j’ai eu une carte de voeux.
Une belle carte de voeux.
Si mes parents n’ont jamais été avares de compliments me concernant, là j’ai été gâtée.

Elle y mentionnait la fierté qu’elle avait pour moi.
« Tu es une bien meilleure mère que je ne l’ai été. Tu es tout simplement la meilleure que je connaisse »
Ca m’a particulièrement touchée …
Nous en avons parlé ensuite et elle m’a confié que quelques connaissances à elle se plaignaient d’avoir trop souvent leurs petits-enfants à la maison.
« Mais bon, comme elles le disent, elles n’ont pas le choix ! Les deux parents travaillent et elles ne peuvent pas dire non. Alors elles font comme si elles étaient contentes mais elles sont à bout ! »

C’est là que j’ai pris conscience du burn-out des grands-parents.
Du coup, quand je discute avec des vieilles personnes ( je suis usagères des transports en commun, tu l’auras compris, ça m’arrive TRES (trop) souvent ! ), je questionne toujours un peu sur la structure parentale et ça fait mouche la plupart du temps.
C’est donc vrai …

Beaucoup de grands-parents en ont ras les fesses mais ne peuvent le dire, prisonniers de leurs « obligations » et de leur culpabilité …

C’est tout simplement honteux.
Et là je m’adresse aux parents qui sur-abusent de l’excuse « Mais ça tisse des liens entre eux ! » ou encore « Ma mère est contente de garder le petit, c’est même elle qui le demande ! ».

Quand bien même, les grands-parents le réclament, il est où votre rôle à vous, parents ?

Les grands-parents ne sont pas les parents de vos enfants. Il y a des rôles bien définis dans une structure familiale. Le retour de flamme va vous cramer jusqu’à l’os.

A un moment donné, avant de crier « J’ai des soucis avec mon enfant, je suis à bout ! » et courir choper le premier Filliozat, il faut se poser les bonnes questions …

Encore une fois, je m’adresse aux parents qui pourraient payer les services d’une nounou ou d’une crèche. Pas ceux qui ont malheureusement à peine le luxe de mettre du beurre dans les épinards et dont l’arrivée d’un enfant n’était pas vraiment au programme … ou encore ces mamans célibataires luttant au quotidien pour que les leurs ne manquent de rien …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s