Une femme disparaît – The Lady vanishes, Alfred Hitchcock, 1938

Je pense être née « fan de Hitchcock ».

J’ai regardé « Les oiseaux » à 8 ans.
Mon père dormait dans le fauteuil et ça passait à télé … « Psychose » n’a pas tardé. 
Je n’ai jamais été effrayée par les films de Sir Alfred.
Comme si je les comprenais. 
Ca peut paraître présomptueux mais … Il y a de ces films qu’on regarde en ayant l’impression d’en être l’auteur. Il y a de ces génies qui parlent pour vous … 
J’ai en ma possession la collection complète du maître du suspens, vue et revue, encore et encore, sans lassitude, jamais !
Mon préféré ? 
« Une femme disparaît ».
Pourquoi ? 
Parce que, comme souvent, Hitchcock ( l’homme amateur d’histoires vraies dont l’absurde dépasse la fiction ), s’inspire d’un fait divers ; une Anglaise malade, en voyage à Paris à la fin du XIXe siècle, demande à sa fille d’aller lui chercher des médicaments. Lorsque cette dernière revient, sa mère a disparu et tout le monde dans l’hôtel se rappelle qu’elle y est descendue seule … Elle se rend dans sa chambre mais celle-ci est effectivement vide et en outre complètement changée !
En fait, la direction de l’hôtel avait décidé de se débarrasser « discrètement » de la morte car celle-ci aurait ( dit-on ) succombé à la peste bubonique, maladie plutôt embêtante pour le tourisme … 
A partir de cette histoire ( ou plutôt d’un roman de gare s’en inspirant également ), les scénaristes Frank Launder et Sidney Gilliatt écrivent un script devant être porté à l’écran par Roy William Neill mais le projet est abandonné. Hitchcock accepte, FAIT UNIQUE DANS SA CARRIERE, de reprendre le projet en cours en ne manquant pas de tout changer à sa sauce.
Le cinéaste s’amuse avec ce récit mystérieux tournant autour de la disparition d’une vieille dame dans un train. Iris Henderson ( Margaret Lockwood, personnage auquel je m’identifie ) a beau déclaré qu’elle a partagé son compartiment avec l’affable Miss Froy ( May Whitty, grande dame du cinéma noir et blanc ) et qu’elle n’a pu disparaître comme ça, personne ne la croit, allant jusqu’à prétendre qu’elle n’est jamais montée dans le train !
Seul Gilbert Redman ( Michael Redgrave, magnifique à l’écran ), un beau jeune homme spécialiste de danses folkloriques, décide de l’aider dans son enquête.
« The lady Vanishes » est une comédie d’espionnage farfelue, emplie d’humour, de subtilité et de mystères … Avec « les 39 marches » et ce film, Sir Alfred marque l’apothéose de son oeuvre anglaise, faisant preuve d’une précision et d’une intelligence dans la construction et la mise en scène …
Hitchcock joue brillamment avec nos doutes ne cessant de ponctuer le film de scènes d’endormissement, de plongées dans les tunnels, de disparitions soudaines de preuves ou encore de changements d’éclairage sur les personnages ( magistral ! ). Le doute qui saisit Iris nous contamine et on a le délicieux sentiment de se promener dans un récit tout en faux-semblants dont les ficelles sont tirées par un réalisateur génial et malicieux !
Mais ce film est également une belle critique sévère d’un peuple anglais sourd aux alarmes du monde ( pour rappel nous sommes à la veille de la guerre ), qui met plus de passion à commenter un match de cricket ou la longueur d’un hymne que le spectre du nazisme qui menace l’Europe. Plus ironique encore, la plupart des obstacles dressés face à Iris viennent de l’égoïsme et de l’indifférence des voyageurs et non d’un calcul ou d’une mission qui leur serait confiée !
Ce mélange entre humour tendre, ambiance cauchemardesque et jeu de piste délicieux et ludique, fait de ce film mon Hitchcock préféré …  

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Une réflexion sur “Une femme disparaît – The Lady vanishes, Alfred Hitchcock, 1938

  1. One way to ihsân. dit :

    Je l’ai trouvé en très bonne qualité après notre discussion. Comme je ne peux pas trop me permettre de films ces temps-ci, je me suis juste permise de regarder certains passages et j’ai ressenti quelque chose de nouveau, d’à peine dévoilé… J’ai vraiment hâte de pouvoir me poser devant. Psychose est au chaud également !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s