Celle qui ne relevait pas son fils lorsqu’il tombait …

J’ai été élevée de manière très autoritaire.

Quand je suis devenue mère, je me suis promis d’être la maman la plus douce, la plus démonstrative … Je sais trop bien ce que c’est que de manquer cruellement d’amour …

Ainsi, il m’est souvent remarqué que je suis particulièrement dévouée à mes enfants. Je le suis, vraiment. Corps et âme. Et bien au delà, à l’infini.

Je les aime vous savez … tellement.

Dans cet amour, je n’ai pourtant pas oublié de faire la part des choses. Je n’élève pas mes enfants. Je les éduque. Dans cette éducation, je ne les ASSISTE pas. Je les accompagne.

J’ai comme philosophie de vie avec eux, d’être une accompagnatrice de route jusqu’à l’envol. Je conseille, je n’impose que rarement ( je suggère plutôt FORTEMENT ), je partage joies et peines, je réconforte …

Tout à l’heure, mon fils est tombé. Je ne l’ai pas aidé à se relever . Voilà qui a étonné ( choqué réellement ,en fait ) une jeune fille qui a assisté à la scène …

J’ai entendu sa réflexion mais elle ne m’a fait ni chaud ni froid …

« Le pauvre petit ! Elle ne le ramasse même pas ! »

Comment pourrais-je me sentir concerné par la remarque d’une jeune fille qui utilise le terme « ramasser » pour relever un être humain au sol ?

J’ai souri, plutôt.

« Pauvre jeune fille …  » ai-je alors pensé à mon tour …

Mon beau-père avait pour habitude de laisser mon frère et ma soeur lorsqu’ils tombaient. Petite, je lui avais demandé pourquoi et il m’avait répondu que, pompier de son métier, c’était un peu un défaut professionnel … Laisser les enfants au sol lui permettait de mesurer la gravité de l’accident. On fait plus souvent de tord à relever une personne qui a chuté que de bien. On pourrait déplacer quelque chose … Voilà pourquoi son métier lui a appris de TOUJOURS laisser le blessé se mouvoir de lui même avant de lui porter assistance ( vous savez … « Monsieur, bougez le bras … » « Madame clignez des yeux … » « Petit bouge la jambe … » ). Mais c’était aussi une manière pour lui de les endurcir.

Ce n’est pas ce que je recherche, moi, à les endurcir. C’est plutôt par principe que je ne relève pas mon enfant au sol … Je préfère être la main tendue qui est prise au besoin que les bras imposés qui écrasent l’assurance.

Quand mes enfants tombent, je suis à côté, je demande si tout va bien, si ils ont besoin d’aide. C’est arrivé très peu de fois mais ils m’ont déjà répondu « oui ».
Alors là, je m’empresse de réconforter et d’examiner …

Mais la plupart du temps, ils se relèvent seuls plutôt amusés.

Mes enfants sont ces être libres que je respecte. Au besoin, je suis infiniment là mais je ne m’impose pas.

Je suis et je serai toujours cette maman qui ne relevait pas son fils lorsqu’il tombait …

Je suis et je serai toujours celle qui tend la main quand son enfant a besoin d’aide pour se relever.

Nuances …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 réflexions sur “Celle qui ne relevait pas son fils lorsqu’il tombait …

  1. Loubnanya dit :

    Intéressante approche.
    Comme toi j’espère être la maman la plus douce mais on dirait que parfois je reproduis INCONSCIEMMENT l’autoritarisme de mes parents. Sommes-nous condamnés à reproduire leurs erreurs alors que celles-ci sont nos blessures les plus profondes? C’est une question qui me hante…
    J’essaie également d’accompagner mon enfant au lieu de l’assister mais parfois c’est plus fort que moi, je cours l’attraper dans mes bras lorsqu’il tombe haha

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s