Winston Churchill …

Homme politique, écrivain, orateur et homme d’action, Winston Churchill m’inspire.
Il me fascine et chacun de ses discours résonnent en moi comme vérités absolues et indiscutables !
Son opiniâtreté, sa loyauté, son patriotisme … Des valeurs nobles qui ne semblent plus trouver place à notre époque.
A la fin de la seconde guerre mondiale, le général Bradley ( commandant en chef des forces américaines lors du débarquement en Normandie ) affirmait que ses discours valaient une armée … Et John Fitzerald Kennedy déclara, en le faisant Premier citoyen d’honneur des états-unis d’Amérique qu’il a mobilisé la langue anglaise pour l’envoyer au combat !

Il est , pour moi, le plus grand homme d’état du XXe siècle. Indiscutablement.
D’autant plus que, à la différence de la plupart des hommes politiques, Churchill écrivait lui-même ses discours, qu’il concevait à la fois comme moyens d’action et oeuvres littéraires. Ce qui lui valut le prix Nobel de littérature en 1953 …

Churchill préparaient ses discours avec minutie … Son sens de la formule, sa capacité à passer du haut style nourrit des classiques à la remarque familière, son humour et sa causticité y sont constamment en valeur !

Ses mots sont des trésors inestimables … Vestiges d’une époque tragique éclairée par un homme brillant.

Et je ne suis jamais fatiguée de lire …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les Gardiens de la Galaxie

Ou l’un des rares comics book classiques que j’ai connu sur le tard.
En effet, nous devions être en 2008-2009 quand je les ai rencontré dans un crossover ( Annihilition Conquest ) pioché en PDF sur le net et dans SECRET INVASION.
Je ne vais pas jouer du violon, je n’ai pas accroché. Personnages certes sympathiques, concept qui aurait pu être ma tasse de Earl Grey mais … La magie n’a pas opéré.
Comme je n’aime pas léser un comics sans avoir approfondi la chose, j’ai cherché davantage d’aventures à suivre sur la toile, l’intérêt en vain …

Est-ce le graphisme ? Je n’en sais rien … Le fait est que, sans détester non plus, je n’ai tout simplement ressenti aucun intérêt particulier à lire la série, déclinée en 3 saisons.

Aussi ai-je donc appris dans le courant 2012, qu’il y avait un projet en cours sur les Gardiens de la Galaxie. J’avais déjà le goût amer de la lecture, j’avais donc l’espoir éventuel d’avoir le goût sucré de la surprise positive du grand écran. Ô espoir …

Alors bien sûr ce que je reproche au film n’est pas dans le visuel. On ne va pas se mentir, si on ne se fie qu’à nos rétines, le film est un pur bonheur ! La qualité est là et l’oeuvre originale est respectée à ce niveau …
Par contre je regrette un peu la présentation du produit. Que les choses soient claires ; les Gardiens de la Galaxie n’est pas un film de super-héros mais bien ce qu’on appelle un « space opera ».
Un sous genre de la science fiction caractérisé par des aventures épiques se déroulant dans l’espace. C’est tout juste pas fichu pareil.

Une fois le décor planté, ce que j’ai véritablement reproché au film est la prévisibilité. Et ce, EN TOUT. Des vannes à deux balles, des chutes pas plus chères et le scénario manquait cruellement d’originalité.

Et ici je remets de nouveau en lumière ce que je reproche aux adaptations comics en général ( bien qu’il y ait de sublimes exceptions ! Malheureusement trop rares … ). On ôte sur grand écran l’essence même du comics book : la complexité. La lecture se veut intelligente mais la vision est bête. Ca me dérange. L’appât du gain est tellement énorme qu’on préfère dévaloriser une oeuvre originale pour la rendre accessible à Monsieur tout le monde ( Madame aussi de puis peu … Ca m’énerve ! ). On se retrouve donc avec une génération de kèkès qui adoooooooooooorent les comics sans en connaître les fondamentaux ( alors qu’en vrai, tu adores juste le cinéma à gros budget, en somme ). Des gens qui adorent la pratique « vite fait bien fait », sans avoir de théorie.

Ainsi dans cet opus, des tas de choses ont été occultées. Des choses qui m’ont semblé primordiales d’induire pour la postérité et le respect de l’intelligence humaine lambda. Mais non, on a réécrit tout le foin pour qu’on ne réfléchisse pas trop non plus. Après tout ce n’est pas le but, on va au cinéma pour se détendre, non ? Alors pourquoi ne pas réinventer un monde au lieu d’en détruire un ?!

Pour ma part, je vais rester à la version papier du comics. Là où je démêle des histoires floutées dans des crossovers, là où les personnalités se troublent, là où on n’hésite pas à présenter la complexité comme un cadeau …

Je continuerai à voir les adaptations afin d’avoir matière aux débats que j’ai autour d’une table, entre amis. Mais à l’avenir, je pondrai des billets sur mes agréables surprises et non plus mes tristes déceptions …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pourquoi se marier ?

Nous vivons une époque où grand nombre de personnes pensent que l’amour suffit à une relation que pour durer … A tel point que nous connaissons un désintérêt de plus en plus prononcé envers le mariage …

J’étais très jeune quand je me suis mariée au père de mes enfants. Parce que dans mon schéma de fille « légèrement » « vieille France », cela s’inscrivait dans une logique. MA logique. MES principes. MES valeurs. Sans doute ai-je été marquée par le fait que ma mère n’aie représenté que l’histoire d’un soir pour mon géniteur et que mariée à mon beau-père, elle avait fondé une famille.
Je ne sais pas trop …
Ou je n’ai plutôt pas envie d’en débattre davantage … Le fait est que j’ai toujours considéré les relations amoureuses avec le plus grand des sérieux. Ainsi, non, je n’ai pas de « tableau de chasse » aux punaises dépassants les 3-4 « relations » ( cfr. le dico et non la définition populaire ! ). J’aurais été félicitée pour cela dans un autre temps mais … j’ai plutôt esquivé les taquineries, les remarques désobligeantes … Ma mère a pensé que j’étais peut-être homosexuelle parce qu’à 18 ans être vierge ce n’était pas normal du tout … ( Ma mère et son esprit relativement restreint sur la sexualité des homos serait choquée si on venait à l’instruire sur la question … )

Ce qui étonnait surtout, c’est que je n’étais pas « vilaine ». Comme si dans ce monde, il fallait être physiquement moche pour être conventionnelle ou « trop sérieuse » comme ils disent. En gros, belle = salope, moche = sérieuse …  Et c’est dans ce contexte que nous devons élever nos filles …

Je m’éloigne …

Le mariage donc, c’est pour moi une promesse. On ne m’avait jamais rien promis. J’avais donc envie de contrer le cercle vicieux de ma vie … J’avais envie de tenir une promesse moi qui avait tant trahi et j’avais envie qu’on m’en fasse également une, moi qui l’avait tant été … En me mariant j’étais donc maîtresse absolue de ma vie, libre de briser un mauvais sort.

Donc d’une façon générale, la promesse est fondatrice.

« Si nous tenons parole, la parole nous tiendra » disait joliment France Quéré …

Prendre conscience du prix de la promesse, c’est être déjà sur la voie du dépassement de l’affectif immédiat. La promesse n’est plus limitée au présent mais elle est capable de déborder sur le futur. Il y a là une stabilité par définition. Ce n’est plus seulement un moteur, c’est carrément l’horizon !

On se marie pourquoi ? Pour se donner du temps à venir … Le temps d’apprendre à aimer. Parce que l’amour entre deux personnes, ça se travaille sur une vie.

Je suis une fervente convaincue que le mariage structure une relation et ce, même si des tas de couples traversent les années sans être mariés.

Vous savez, c’est un peu comme la religion … Je suis non croyante. Pourtant je reconnais les religions du monde pour leurs bienfaits. Mieux, elles m’inspirent … Elles ne sont que paix et SURTOUT à mon sens, un bâton qui permet à certains de filer droit sur le chemin de vie. Il y a des gens qui ont besoin de soutien et leur foi tient ce rôle. Je respecte énormément cette promesse de sagesse …

Le mariage, c’est un peu la même chose … La promesse éloigne de l’égarement et aide à avancer en binôme. Je ne dis pas que c’est essentiel à une vie de couple, je dis juste que ça m’apparaît comme une évidence qui n’est certainement pas la même pour tous. Je le respecte aussi.

En me mariant, j’ai promis ma vie au père de mes enfants. Peu importe les embûches, j’ai promis de rester à ses côtés. Une promesse qui m’enrichira au fil du temps puisque j’apprends de mes erreurs, j’apprends le pardon et l’amour sans mesure, entre autres …

Les coups difficiles que nous avons déjà traversé me réconfortent dans l’idée que je tiendrai cette promesse au maximum de mes facultés.

Aurais-je eu une attitude différente si je n’avais pas été mariée à lui ? Probablement.
Je suis un électron libre et je suis une personne qui assume pleinement avoir besoin d’un cadre et de limites pour ne pas tout ruiner …

La sagesse de l’âge ou la maturité, m’oblige à l’admettre.

Aussi, je réitère. Je ne dis pas que le mariage est obligatoire, je donne UNE réponse parmi tant d’autres à la célèbre question : Pourquoi se marier ?

Rendez-vous sur Hellocoton !