Le couple, un OVNI ?

original_09_dancing_007

Nous étions invités hier, mon mari et moi, chez des amis . A la table, 3 autres couples dont nos hôtes … De bavardages en bavardages, j’étais dans l’obligation de me rendre à une certaine évidence :  les couples heureux ne sont pas pléthore … Chacun rêve de vivre le grand amour  et peu semblent y parvenir.

A l’époque de nos parents, le couple en tant que modèle social ne se discutait pas. Aujourd’hui, le monde a changé , on ne fait plus confiance aux institutions . Comment pourrait-on alors encore faire confiance au couple ?  Dans une culture qui valorise l’épanouissement individuel, le statut de célibataire paraîtrait presque plus enviable.  Aux solos, la liberté, la possibilité de s’accomplir vraiment, sans être entravés par le carcan du mariage … Les célibataires ne songent qu’à trouver l’âme soeur tout en prétendant savourer leur solitude. Et aux couples, les longues soirées entre filles qui exposent leurs difficultés avec leur moitié quand ces messieurs ne fuient pas dans les jeux vidéos  ou le travail ( entre autres ) … Peu sont ceux et celles qui assument l’importance du couple, comme si y croire était une preuve de naïveté.

Les gens se rencontrent. Passé le premier rendez-vous, chacun reste dans une posture prudente, par peur de s’emballer trop vite. On reste indéfiniment en période d’essai et ça affadit tout. L’idée même d’engagement fait peur. Et pas seulement à la gent masculine. C’est comme si les femmes d’aujourd’hui craignaient de s’accommoder à un mode de vie qui a « enfermé » leurs mères et leurs grands-mères. Les couples se forment malgré tout mais peinent à s’affranchir du règne de la peur, de l’appréhension. Peur de faire le mauvais choix, de devoir renoncer à leur liberté. Peur surtout d’un amour qui ne durerait pas. On cherche à souffrir le moins possible et on ne prend plus le risque nécessaire pour vivre de belles histoires.

Pourquoi le couple est-il devenu une affaire si compliquée ? Est ce parce qu’on en attend trop ?

Je pense que oui. On en attend trop de l’autre et pas assez de soi-même. On se met en quête de la bonne personne pour soi, sans penser être la bonne personne pour l’autre. Mais l’amour se niche dans l’altérité, dans ce qui chez l’autre diffère complètement de nous et demeure mystérieux …

Et puis, notre époque ne nous donne pas l’occasion de consacrer le temps nécessaire au couple. La pression du travail par exemple, change le sens des priorités. Face à un avenir incertain, le court terme remporte la palme. On ne se projette plus et cette absence de vision commune prive le couple d’une ressource à mon sens, bien cruciale …

S’ajoute à cela le besoin d’intensité orchestré par une société de consommation et audiovisuelle qui n’aide pas à penser que l’inévitable routine n’est pas foncièrement un signe d’échec dans une vie à deux. Or les moments d’ennui sont précieux ! Sans eux, comment prendre considérablement conscience qu’il faut renouveler sa créativité ? Mais lorsqu’ils surviennent nous sommes plus tentés de fuir … On cherche à se divertir ailleurs.

Le couple est pour moi le lieu d’un bonheur à nul autre pareil … A condition de savoir à quoi s’en tenir. Partir quand les soucis arrivent, c’est ne pas se donner la chance de connaître l’amour, le vrai. Celui qui s’enrichit et se renforce au fil des années . Cet amour qui nous fait aimer l’autre pour ce qu’il est … Il nous donne le bonheur de vivre avec son meilleur ami, celui qui ne nous donne nul autre choix que d’être nous. Et alors seulement, on a ce sentiment d’être plus forts et plus libres à deux .

Seules les personnes qui ne connaissent pas cela ont le sentiment certain que le célibat est la meilleure des situations.

Forcément.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

7 réflexions sur “Le couple, un OVNI ?

  1. François Mossoux dit :

    En fait, je suis assez d’accord avec toi. Et je me permets de le dire car je suis bien le produit de mon époque : un individualiste pur et dur. Ce que je me permets de rajouter, c’est que durant les dernières décennies, on a mis de plus en plus évidence le fait qu’il y a des règles partout, un code, un ensemble de comportements à adopter. À mon sens, le fait de rester célibataire permet de ne pas se contraindre à une régulation et à un calcul de soi et de l’autre. L’aubaine qu’offre le célibat, c’est bien la liberté et la créativité permanente dans un ensemble de règles beaucoup plus large qu’est les mœurs. Et il n’est pas mauvais en soi car c’est une nouvelle façon de vivre et de se vivre, il n’y a que le cadre que l’on s’impose qui est présent.
    Là où je suis moins sûr, c’est dans la valorisation du célibat. Dans ma tête, cela va plutôt aux artistes, aux marginaux, etc., ceux qui cherchent pleinement à vivre leur façon de penser, notamment grâce à un mode de vie particulier ou des représentations propres du monde. J’ai l’impression que le couple reste encore un bon modèle.
    L’avantage du célibat, finalement, c’est de vivre sa vie et de voyager dans celle-ci de façon légère, détachée, sans craindre des représailles, etc. Couple et célibat ont leurs défauts et leurs qualités. 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Dajesbox dit :

      Et bien Francois, nous sommes d’accord dans les grandes lignes. Cependant il n’est pas inutile de rappeler quelques petites choses. Je parle ici de couples et de célibataires. Pour ces derniers j’ajouterai que je vise uniquement ceux qui jouent encore dans le monde de l’amour. Ils attendent la bonne personne, ils sont au bord du désespoir. Mais ils mettent un voile sur une situation en prétextant jouir pleinement de ce célibat. Cependant, Il existe également des célibataires épanouis. Ceux la, les vrais, on les reconnaît. Comme tu le dis si bien ce sont des marginaux, des artistes, des gens qui n’ont de plaisir que dans l’amour propre et solitaire. L’autre est obstacle même quand il partage envie, avenir et ambition. Mais ils sont si peu en comparaison, vraiment. Ils sont rarissimes ! Et encore ! Même eux n’ont pas idée de ce à quoi ils échappent puisqu’ils n’ont jamais laissé de chance à l’étape cruciale d’une vie à deux : la zone de perturbation.

      J'aime

  2. François Mossoux dit :

    Pour les premiers célibataires, c’est sûr ! Il y a ceux qui vivent d’idéaux et qui n’osent pas l’atteindre. Et on ne débattra pas de ce qui procure le plus de joie entre ce chemin à parcourir et le but atteint, car ce serait une discussion interminable. Mais les gens oublient qu’un idéaux est possible pour qu’on ne fasse pas que le souhaiter, mais qu’on s’efforce de le réaliser. Et pour les seconds, un bon ami (même amélioré, et je ne prends pas la peine d’expliciter cette notion), c’est très bien ! Enfin, je me permets de le supposer.
    Ce qui tombe bien avec ton article, et d’où mon commentaire, c’est que je suis pleinement dans cette période où je tente de me catégoriser dans l’un ou l’autre type de célibat. Donc c’est cool de pouvoir tirer ça au clair avec toi !

    Aimé par 1 personne

    • Dajesbox dit :

      Libre à chacun de se choisir un côté du moment ou même de façon illusoire, on se sent bien. Le fait est que, théoriquement, c est presque une vérité absolue ; on ne peut connaître le bonheur réel du couple sans le vivre pleinement. Sommes nous d’accord ? Ou au moins, envisages-tu cette probabilité ? 😊

      J'aime

    • Dajesbox dit :

      J’ai presque envie de répondre que si on a envie de sauter, il faut sauter. Malgré les contraintes, la peur au bide et tout et tout 🙂 par contre si l’envie n’y est pas, il ne faut surtout pas le faire. Et ce peu importe l’éventuelle raison qui nous ferait changer d’avis. Si on ne ressent pas ce désir dans les tripes, il est préférable de ne pas se forcer. Dans la mesure de l’envie, la seule problématique est le temps. Peut être pas maintenant mais pourquoi pas dans 10 ans ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s