L’empathie des ténèbres …

Les ombres aux murs dansent sur le souffle du vent.

Il est 2h.

Je veille.

Les yeux grands ouverts dans le noir, je suis tétanisée. Je ne parviens à bouger aucun membre de ce corps engourdi … Je ne ressens pas de présence hostile, tel un esprit malveillant, mais bien un univers. Chaque matière appartenant au monde réel s’est assombri et me menace. Mes jambes sont glacées, je sens une pression sur ma poitrine avant de s’emparer de ma gorge. J’ai des difficultés à respirer et je peine à appeler à l’aide. La volonté est forte mais c’est physiquement impossible … C’est comme si mon corps sommeillait sans inquiètude et que mon esprit était en éveil.

Alors avec tout ce qu’il me reste de raison, je tente l’évasion … Je rêve de repères. Car vraisemblablement, l’obscurité m’en prive et j’en ai besoin.

Il me suffit de penser à mes enfants et j’ai alors le courage de traverser la chambre pour activer la lumière du couloir.

Cela fait 10 ans que je partage le lit d’un homme, mon mari. 10 ans qu’il est impossible de me connecter à lui quand, par accident, il oublie de laisser la lumière du couloir …

Seule dans le noir, l’enfant en moi qui n’a jamais été rassuré, appelle sa mère.

Une mère qui ne viendra probablement jamais.

Une enfant aura donc toujours peur du noir.

a992aa96-0f28-42ac-b7df-3f557a5e0b1b_ORIGINAL

 

 

Disney Infinity 3.0 vs. Lego Dimensions

24802229951_0aca7c1654_o

24600080200_0be71edbcc_o

Il était absolument hors de question de faire l’impasse sur LEGO Dimensions et notre aînée de 5 ans, férue de jeux vidéos, nous avait demandé Disney Infinity 3.0 pour Noël.

Nous nous sommes donc retrouvés avec ces deux jeux dont les similitudes sont aussi présentes que leurs différences. Ce sont deux cornets de glace aux parfums différents. Alors OK, c’est de la glace mais ça goûte pas pareil.

Je partage donc avec vous mon avis sur la question …

La première similitude que l’on peut reconnaître est que les deux jeux exploitent des figurines qui, une fois placées sur une base USB connectée à la console, se dématérialisent pour être jouables dans leurs jeux respectifs.

Rien d’innovant, SKYLANDERS avait déjà investi le terrain, il y a de ça quelques années déjà. Et seulement APRES, Disney et ses licences à tout-va s’en est mêlé. LEGO Dimensions arrivant en dernier.

0320000008184258-photo-disney-infinity-3-pack

Pour les novices, si vous n’êtes pas familier avec le concept, une introduction s’impose : le jeu vidéo à figurines, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit, dans tous les cas, d’un jeu vidéo dont une partie du contenu est matérialisé par des figurines, voire d’autres éléments. Les jeux en question sont initialement vendus en pack de démarrage dans lequel on trouve le disque du jeu, deux ou trois figurines, et une base d’accueil qui se connecte en USB à la console ou à l’ordinateur.

Le fait est que pour profiter pleinement du jeu, il faut investir bien au delà du pack de démarrage.

 

Disney infinity 3.0 est, comme son nom l’indique, la troisième version d’une franchise. La première mettait en scène des personnages directement liés au monde de Disney ,tels que Monstres et compagnies, Les Indestructibles, CARS, etc … La seconde franchise mettait l’accent sur l’univers MARVEL. Et bien évidemment, la logique veut que cette troisième et certainement pas dernière franchise se concentre sur Star Wars.

Alors ce pack de démarrage, nommé Star Wars : Twilight of the Republic, prend place durant la série The Clone Wars. Il permet de jouer avec les figurines d’Anakin, Ahsoka, Obi-Wan et Yoda. Il est possible de débloquer d’autres figurines en récoltant, au fil de l’aventure, des jetons associés : le jeu reprend donc un concept inauguré avec succès dans Disney Infinity 2.0. Néanmoins, si toutes les figurines, qu’elles sortent avec Disney Infinity 3.0 ou bien qu’elles soient disponibles depuis les deux jeux précédents, sont compatibles avec la Toy Box et les activités annexes, les mondes sont toujours limités à un certain nombre de personnages, par souci scénaristique principalement.

On a tendance à réduire un peu trop vite les jeux vidéo à figurines à un public d’enfants. Mais c’est forcément un peu plus complexe que ça, notamment parce que, pour profiter pleinement du potentiel de ces titres, il faut généralement dépenser pas mal d’argent.

Mais disons le franchement, Disney Infinity 3.0 s’adresse à un public familial.

Son gros plus est la TOY BOX qui permet à n’importe quel joueur de construire son propre monde virtuel et s’y amuser avec des amis. L’une des principales nouveautés est le Hub Toy Box, qui permet de disposer de multiples tutoriels et de petites missions pour apprendre à maîtriser les nombreux aspects du jeu ou partir à la rencontre d’autres joueurs. L’intérêt de cette partie du jeu, c’est qu’elle augmente sa durée de vie sans avoir besoin d’acquérir des aventures supplémentaires.

Néanmoins, pour élaborer des constructions complexes et mettre en place ses propres mini jeux rappelons que les niveaux sont eux-mêmes élaborés avec les outils de la Toy Box , il faut encore et toujours s’accrocher. Pour un adulte un peu acharné, il n’y a rien d’impossible, d’autant qu’Internet fourmille de conseils. Pour un joueur plus jeune, c’est plus compliqué, mais l’important n’est pas forcément de réaliser des mondes complexes pour s’amuser. Une fois encore, la construction virtuelle peut se faire en famille, et pour les adeptes du jeu immédiat, il est toujours possible de télécharger les mondes proposés par la communauté, ou même par Disney, qui fournit régulièrement son jeu en contenu gratuit.

Niveau prix, le pack de démarrage est vraiment abordable. Le prix varie entre 40 et 50€. Après il faut évidemment compter des frais additionnels pour profiter à fond du jeu. Chaque nouveau monde coûte une trentaine d’euros et est toujours accompagné de deux personnages. Les personnages seuls coûtent une quinzaine d’euros. L’addition peut donc être salée si vous, ou vos enfants, vous laissez entraîner dans l’univers du jeu : environ 100 euros seront nécessaires pour acquérir les trois aventures supplémentaires, et il faudra entre 250 et 300 euros pour acquérir la vingtaine de nouvelles figurines que Disney devrait proposer. En incluant le pack de base, on approche des 450 euros.

0320000008184260-photo-lego-dimensions-pack

Et voici le dernier arrivé sur le marché, le tant attendu, le tant désiré : LEGO Dimensions !

Nous sommes des inconditionnels de LEGO. Pour faire simple : on a TOUT. On est des dingos de LEGO. Et en apprenant que ce jeu allait nous offrir sur un plateau des univers que nous chérissons particulièrement, nous n’attendions qu’à dépenser les sous de nos labeurs, sans honte. Sans la moindre hésitation.

Le pack de base de Lego Dimensions inclut une base USB  à monter soi même, 3 minis figurines, un véhicule et le jeu de base. Ce dernier propose un monde dont la durée de vie est d’environ 12 heures en moyenne, mais qui varie si le joueur achète de nouvelles figurines ouvrant l’accès à certaines nouvelles zones. Le monde est jouable avec les figurines du pack, qui sont Batman, Gandalf et Cool Tag. En guise de véhicule, on dispose de la Batmobile, qui peut évoluer en deux autres moyens de locomotion quand les missions l’exigent.

On se retrouve donc avec une progression de type plateforme dans de vastes zones de jeux, avec la possibilité de détruire une grande partie du décor pour récolter des pièces, mais également de construire de nouveaux éléments pour avancer à travers les niveaux. La première différence, c’est que là où les titres précédents se focalisent sur une franchise précise, ici, le concept des dimensions permet au joueur de visiter des univers très variés : Le Magicien d’Oz, Le Seigneur des Anneaux, La Grande Aventure Lego, les franchises DC Comics, les univers de Doctor Who, de Portal, de Scooby-Doo… Tout se mélange dans un scénario délirant, où le grand méchant Lord Vortech cherche à détruire les différentes dimensions Lego pour les combiner dans une seule : la sienne.

Rien qu’avec le pack de base, il y a à faire pour s’amuser, seul ou à deux, car il est possible de convier à tout moment un second joueur dans la partie – ce qui est aussi le cas de Disney Infinity.

Le jeu est familial mais s’adresse davantage à un public plus … GEEK. Les amoureux des Lego, qu’ils soient enfants ou adultes, auront du mal à résister à l’appel de Lego Dimensions, vraiment.

Le scénario est délirant, bourré de références et d’humour !

La grand différence avec Disney Infinity c’est qu’ici, les figurines font parties intégrantes de l’aventure. Autant virtuellement que physiquement. Ainsi, durant l’aventure, il faut les déplacer sur la plateforme, ôter certains personnages pour qu’ils disparaissent momentanément et leurs places sur la plateforme ont un rôle à jouer dans les énigmes.

Là où Lego Dimensions fait fort, c’est qu’il ne se contente pas d’être un jeu vidéo : c’est un mélange de jeu vidéo et de jouet. Les figurines, les véhicules et autres objets matérialisés utilisent de véritables éléments Lego qui peuvent être utilisés dans d’autres constructions, pour prolonger l’aventure au delà de l’écran. Outre le côté collection, on trouve donc un côté jouet, peu présent dans Disney Infinity. Néanmoins, Lego vend la popularité de sa marque et de ses produits au prix fort, tellement fort qu’on n’a guère envie de laisser les éléments du jeu traîner dans un coffre à jouets …

Ici il faudra compter entre 90 et 100€ pour le pack de démarrage. A cela, on peut ajouter un très grand nombre de packs additionnels, de plusieurs types : les packs Aventures, qui intègrent de nouveaux niveaux jouables et comportent deux figurines et un véhicule, sont proposés au prix de 30 euros. Les packs Equipes et Héros ajoutent quant à eux des minis figurines, gadgets et véhicules pour offrir davantage de variété au joueur, sans pour autant fournir de niveaux en plus, mais peuvent débloquer certaines énigmes présentes dans le monde de base. Ils sont proposés à des tarifs de 25 et 15€.

Rien qu’en se basant sur ce qui est déjà disponible, on approche des 350 euros de contenu additionnel potentiel, soit environ 450 euros en ajoutant le pack de base. Et c’est loin d’être terminé. Par ailleurs, dans la mesure où Lego Dimensions est le premier en son genre, on ne peut pas se rabattre sur du contenu de précédents jeux, qui pourraient être compatibles. Le résultat donne donc un jeu qui peut faire très mal au porte-monnaie pour acquérir une expérience complète.

24268691293_ec6cbc6a43_o

Conclusion : 

C’est une question de goût …

Je trouve par exemple Disney Infinity très limité par rapport à LEGO Dimensions alors que mon mari apprécie les deux. Si on demande à Noa, 5 ans, elle est accro à LEGO Dimensions et Isaac, 3 ans, préfère sans hésitation Disney Infinity. Ce qui me conforte dans l’idée de simplicité.

Mais c’est également une question de budget. Disney Infinity est un jeu de qualité à prix abordable. Lego Dimensions coûte le double.

Le choix est désormais vôtre. Amusez-vous bien surtout !