Mon troisième enfant.

13580660_548700068649408_7349002740743874157_o

Le premier se réfléchit.

Le second est une évidence.

Mais qu’en est-il du troisième ?

L’odeur exquise de la peau d’un nourrisson, l’émotion des premiers sourires, … Il est difficile d’y renoncer. L’envie est là, timide dans un premier temps mais elle se veut obsessionnelle quand l’utérus vide appelle, tambour battant …

Il semblerait que passer à un troisième enfant soit un passage dit « de cap ». On devient une famille nombreuse et le regard des gens change. On admire ou on jalouse, on ne passe plus vraiment inaperçu. C’est donc un choix à assumer.

On en parle à deux, avec énormément de distance dans un premier temps et on en chuchote un mot au médecin.

Pour ma part, on m’avait conseillé d’abandonner mon moyen de contraception assez tôt afin que mon corps puisse se remettre. On dit aussi qu’à 30 ans, les choses peuvent prendre plus de temps. C’est donc l’esprit léger que j’ai annoncé à Monsieur, que j’entrais psychologiquement et physiquement en phase de préparation quant à l’idée d’un troisième enfant et lui tendais 5-6 semaines plus tard un test positif.

Oui, j’ai considéré davantage l’adage qui dit que l’exception confirme souvent la règle. Un adage qui me colle visiblement à la peau !

Envahie d’un immense bonheur, j’ai été prise au vol par la rapidité des évènements et les questions se sont bousculées dans ma tête.  Des questions que l’on se pose avant, bien évidément, mais dont les réponses sont troubles devant le fait accompli.

Les réactions d’un homme et d’une femme sont souvent aux antipodes les unes des autres, surtout face à la maternité. Je n’ai donc pu confier mes craintes dans l’immédiat. Ce fut une période de doute, pour ma part furtive, que j’ai effacée en me rappelant que j’avais toujours voulu une famille nombreuse.

A mes yeux, c’est au troisième enfant que commence la fraterie. Et mon coeur s’emballe de bonheur à l’idée d’une « tribu », de tablées comblées, de Noël(s) animés, … Bien évidemment, je ne me voile pas la face, c’est une question de mathématique ; Un enfant en plus c’est aussi plus de chamailleries, plus de situations complexes, … Mais j’ai envie de faire comme j’ai toujours fait jusque ici : me faire confiance.

Je suis actuellement en route vers le 5ème mois et le moindre que l’on puisse dire est que les choses passent à une vitesse afflolante !

Avec deux enfants de 5 et 3 ans, rien de bien étonnant. Deux enfants qui s’impatientent et se réjouissent, un enthousiasme démesuré parfois difficile à gérer mais dans le bonheur toujours.

Nous avons appris à 3 mois qu’il s’agissait d’une petite fille. Annonce confirmée lors de ma dernière visite.

Le sexe nous importait peu. Ayant déjà une fille et un garçon, tout ce que l’on peut surtout souhaiter dans ce cas là c’est un bébé en bonne santé, rien de mieux !

Cette grossesse est différente des précédentes dans le sens où je connais de nouveaux symptômes, de nouvelles sensations … Des débuts nauséeux et une fatigue extrême, certes, mais si je ne sentais pas ce petit être bouger de temps à autres, je n’aurais pas l’impression d’être enceinte.

Si vous saviez comme il me tarde de serrer cette petite fille dans les bras, de voyager avec elle, de l’aimer, de la chérir, de lui présenter son merveilleux et si doux grand frère ainsi que sa fantastique et si drôle grande soeur … avec l’assurance qu’elle ne pourra qu’adorer son papa gâteau !

Ô qu’il me tarde de donner la vie à ce petit bout de moi, dont j’ai déjà choisi  le prénom.

 

Publicités

2 réflexions sur “Mon troisième enfant.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s